Vous êtes ici : Accueil > Vie lycéenne > Actions > 2015-2016 > Le Romantisme en peinture
Publié : 29 février
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le Romantisme en peinture

Pour débuter la visite, la conférencière nous a présenté le musée dans son ensemble et elle nous a fait observer les premiers tableaux en bois qui datent de la Renaissance et qui parlent de la vie du Christ.

Nous avons également vu la Flagellation du Christ de Caravage (1571-1610) et aussi quelques tableaux du mouvement Impressionniste qui consiste à mettre en avant le mouvement, la lumière...
Les acquisitions d’œuvres se font par legs, achat ou don.
Puis, nous sommes entrés dans le vif du sujet : la peinture romantique.

Monument funéraire en hommage à Géricault d’Etex.

JPEG - 10.3 ko
Monument funéraire de Etex

Ce monument a été réalisé par le sculpteur Etex en 1840.
Sur le dessus, une sculpture en marbre représente Théodore Géricault ; il est allongé sur son lit de mort avec un pinceau dans la main droite et une palette dans sa main gauche. Il peint jusqu’à son dernier souffle.
Sur la face avant du socle, il y a un bas relief en bronze du Radeau de la Méduse.
Sur le côté droit, un autre tableau de Géricault est gravé dans la pierre : Officier de chasseur à cheval.
Sur la face arrière, sont gravés tous les noms des donateurs pour la réalisation du monument, Eugène Delacroix y figure.
Ce monument funéraire était, à l’origine, installé au cimetière du Père Lachaise à Paris. Le directeur du musée de l’époque en visite à Paris constate que la sculpture, soumise aux intempéries, se détériore . Il va voir Etex pour lui demander de rénover son monument funéraire..
Etex en fait alors une copie pour le cimetière et offre l’original au Musée des Beaux-Arts de Rouen . Vous pouvez maintenant l’admirer dans le jardin des sculptures au rez-de-chaussée du musée.

Le radeau de la Méduse de Théodore Géricault

JPEG - 11.7 ko
Le radeau de la Méduse de Théodore Géricault (1791-1824)

Le Radeau de la Méduse de Théodore Géricault a été réalisé entre 1818 et 1819. C’est une huile sur toile romantique exposée au musée du Louvre à Paris. La première chose remarquable sur ce tableau est la notion de clair obscur.
Au premier plan, nous observons des cadavres mutilés (probablement victimes de cannibalisme) et au second plan les survivants faisant des signes au bateau qu’ils aperçoivent au loin.
Ce tableau illustre un fait divers de l’époque de Géricault : Le bateau « La Méduse », insuffisamment équipé de canots de sauvetage, fait naufrage. Les survivants construisent un radeau sur lequel ils vont errer 13 jours. Ils étaient au départ 147 survivants, seuls 8 survécurent au naufrage et deux écrivirent l’histoire de ce naufrage.

Jeanne d’Arc malade est interrogée dans sa prison par le cardinal de Winchester . Paul Delaroche.1824

JPEG - 7.9 ko
Jeanne d’Arc malade est intérrogée dans sa prison. Paul DELAROCHE. 1824

On y voit Jeanne d’Arc allongée dans un lit se faire interroger par le Cardinal de Winchester habillé de rouge et une personne qui note l’interrogatoire au second plan dans l’obscurité.
Il y a un contraste, un clair obscur. Le cardinal a l’air riche, il est représenté avec des bijoux en or incrustés de pierres rouges, il a l’air furieux. L’homme tapis dan l’ombre écrit à la plume dans un gros livre. Jeanne d’arc a l’air triste et épuisée.

Vue générale de Rouen prise du Mont aux Malades. Paul Huet. 1831

JPEG - 10.6 ko
Vue générale de Rouen prise du Mont aux malades. Paul HUET (1803-1869)

Peint dans les années 1830 depuis le Mont aux malades, on y distingue deux parties.
D’une part, la partie dite nuageuse où l’on voit un ciel tourmenté de nuages qui illustre l’état d’esprit du peintre.D’autre part, la nature et la ville, au loin et dans l’ombre, représentée par les clochers des églises.
Ce paysage est considéré comme l’un des plus importants de l’école romantique.