Publié : 4 novembre 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Parcours culturel 2016-2017

Hier soir, dix-neuf élèves volontaires, toutes classes confondues, se sont retrouvés au Théâtre de la Foudre à Petit-Quevilly pour assister au premier spectacle du parcours culturel organisé par Catherine MERLIN : In Bloom (en floraison) : un sacre du printemps hip-hop.

Une création 2016 deux jeunes chorégraphes Pierre Bolo et Annabelle Loiseau. ; Une chorégraphie originale et dynamique sur un monument musical et chorégraphique : « Le Sacre du Printemps » d’Igor STRAVINSKI, création 1913.

Le Sacre du printemps. Igor STRAVINSKY, 1913

Stravinski écrit dans ses Chroniques comment l’idée du Sacre lui est apparue :
« J’entrevis dans mon imagination le spectacle d’un grand rite sacral païen : les vieux sages, assis en cercle, et observant la danse à la mort d’une jeune fille, qu’ils sacrifient pour leur rendre propice le dieu du printemps »
Le Sacre du printemps ne comprend pas d’intrigue. « C’est une série de cérémonies de l’ancienne Russie », précise le compositeur en interview le 13 février 19136.
Voici les notes de programme que les spectateurs avaient entre leurs mains lors de la première représentation, le 29 mai 1913 :

« Premier tableau : L’Adoration de la terre

Printemps. La terre est couverte de fleurs. La terre est couverte d’herbe. Une grande joie règne sur la terre. Les hommes se livrent à la danse et interrogent l’avenir selon les rites. L’Aïeul de tous les sages prend part lui-même à la glorification du Printemps. On l’amène pour l’unir à la terre abondante et superbe. Chacun piétine la terre avec extase.

Deuxième tableau : Le Sacrifice

Après le jour, après minuit. Sur les collines sont les pierres consacrées. Les adolescentes mènent les jeux mythiques et cherchent la grande voie. On glorifie, on acclame Celle qui fut désignée pour être livrée aux Dieux. On appelle les Aïeux, témoins vénérés. Et les sages aïeux des hommes contemplent le sacrifice. C’est ainsi qu’on sacrifie à Iarilo, le magnifique, le flamboyant7 [dans la mythologie slave, Iarilo est le dieu de la nature]. »

Chacun des deux grands tableaux débute par une introduction et comprend un certain nombre de danses menant à la Danse de la terre ou à la Danse sacrale. Voici les titres donnés à chacune des danses du Sacre du printemps :

Premier tableau : L’adoration de la terre

Introduction (Lento - Più mosso - Tempo I)
Augures printaniers — Danses des adolescentes (Tempo giusto)
Jeu du rapt (presto)
Rondes printanières (Tranquillo - Sostenuto e pesante - Vivo - Tempo I)
Jeu des cités rivales (Molto Allegro)
Cortège du Sage (Molto Allegro)
L’Adoration de la Terre (Le Sage) (Lento)
Danse de la terre (prestissimo)

Second tableau : Le sacrifice

Introduction (Largo)
Cercles mystérieux des adolescentes (Andante con moto - Più mosso - Tempo I)
Glorification de l’élue (Vivo)
Évocation des ancêtres (Lento)
Action rituelle des ancêtres (Lento)
Danse sacrale (Allegro Moderato, croche=126)

Extrait : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Sacre_du_printemps

Chorégraphie de Pierre BOLO et Annabelle LOISEAU

« Sur scène, dans un décor totem, dix danseurs forment un mosaïque d’hommes et de femmes indomptables et exaltés, dans la hardiesse de leur énergie et fidèles à leur vocabulaire riche et sensible. Les corps virevoltent, à l’image d’une battle de hip-hop ou d’une rave party comme pour se protéger d’une réalité économique et sociale et faire naître les fruits de leur épanouissement. Une floraison qui porte le sceau de Nirvana et de sa chanson, In Bloom, sur le sacrifice d’une jeunesse à la fois déçue et porteuse d’espoirs. Une pièce qui respire une jeunesse ouverte, épanouie et émancipée, portée par une ronde de jeunes danseurs dont la danse prend appui sur terre pour chercher l’envol » A.-F. Courvoisier


La Compagnie Chute Libre

A la tête de la compagnie, Pierre BOLO et Annabelle LOISEAU. Depuis 1995, ils multiplient les expériences au sein de la culture hip-hop tout en se nourrissant parallèlement de nombreuses expériences dans le spectacle vivant notamment les arts du cirque. Leur chorégraphie portent la marque de diverses influences.
Pour ce nouveau spectacle « In bloom », ils s’attaquent à un monument musical et chorégraphique : Le Sacre du printemps ! Sur le plateau, dix interprètes, issus de plusieurs styles hip-hop.